FAQPortailAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion



 
FAQPortailAccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Joyeux noël à tous, faites attention aux chocolats mhuahaha !

Partagez | .
 

 Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Lun 9 Juin - 3:19


❝Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas❞
feat. LIBRE.



Il est quatorze heures, et je n'ai pas cours. Pour une fois, j'ai décidé d'assister à une journée de cours complète et pour une fois, je profite d'une permanence pour réviser quelques cours dans la bibliothèque. C'est un endroit calme, que je n'avais pas encore pris le temps de découvrir depuis mon arrivée. C'est que je ne me crois pas un adepte des bouquins et pourtant aujourd'hui, je dois bien avouer que l'odeur des romans me détend et apaise mes angoisses habituelles. Je soupire en poussant les portes battantes, et je m'introduis discrètement dans la grande salle. D'un pas tranquille je passe devant le bureau de la bibliothécaire qui me toise d'un air dur, histoire de me prévenir d'un regard qu'elle m'aura à l'oeil. Je décide d'ignorer sa mise en garde, et je me dirige avec mon sac de cours jeté sur l'épaule, vers les tables d'études vides.

En quelques secondes, je suis installé et mes cahiers étalés sur le plan de travail. Je sors ma trousse presque vide, équipée seulement de quelques accessoires indispensables, puis j'ouvre l'un de mes carnets de note et mon crayon de bois que je garde en main. Je commence, dans le plus grand silence, à recopier quelques notes et à tenter de les retenir les unes après les autres avant de les retranscrire au propre ou de les mettre en application dans un exercice quelconque. Les logarithmes ne sont pas mes amis, et je m'en rends compte très rapidement. Mais je persévère, je continue de réfléchir et de relire mes cours, et je réussis finalement à comprendre une partie de mes leçons.

Après un long moment, mon cerveau surchauffe. Je ferme rageusement mon cahier et je m'affale sur le dossier de ma chaise puis, mon stylo toujours en main, je me prends à observer les autres étudiants autour de moi qui semblent pour certains tout autant galérer que moi. Étrangement, au milieu de ces odeurs de livres et de ce calme stupéfiant, je me sens apaisé et calme. J'ai beau me prendre la tête sur mes cours de maths, je ne ressens pas la colère intense qui m'habite habituellement. Je soupire profondément, et mon regard accroche une élève pas loin qui semble vraiment peiner avec ses devoirs. Elle me lance un regard discret que je remarque immédiatement, puis elle détourne les yeux d'un air gêné. Je hausse un sourcil, et je me remets sur mon travail. Il faut que je termine ça avant la fin des deux heures de libres que mon emploi du temps me laisse, pour être tranquille ce soir et pouvoir sortir en ville sans me mettre en retard dans mes cours.

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 316
☣ phikas : 1144

Féminin
☣ âge : 19
☣ je loge en : F#04
MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Mer 18 Juin - 20:56





















❝ Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. ❞
Forbidden to remember, terrified to forget; it was a hard line to walk.



Bosser.

Ce mot résonnait dans la tête de la jeune Nessa depuis un moment. Bosser. Ce qu'elle devait faire aujourd'hui. Certes, elle pourrait passer ces deux heures de permanence à réviser, rêvasser, se balader, s'entraîner à la guitare... Mais non.

En effet, la demoiselle avait un peu de mal en français. Elle avait pris plusieurs années pour apprendre cette langue et elle la maitrisait aisément, mais tout de même, il y avait des choses assez compliquées à comprendre pour la petite Anglaise. Enfin, même si la motivation n'y était pas vraiment, elle n'allait pas tourner les talons maintenant, ça non ! Bien décidée à améliorer ses notes, la jouvencelle marchait d'un pas assuré vers la bibliothèque.

Une fois entré dans la grande salle, Nessa posa ses grands yeux écarlate dans les moindres recoins, tout en avançant droit devant elle. Une petite table isolée au fond de la pièce attire son attention, et Faelivrin s'y assoit rapidement avant de déballer ses affaires.

Cinq minutes, dix minutes, quinze minutes. Un peu plus encore. Oui, en seulement un quart d'heure, Nessa regrettait déjà d'être entrée ici. Pourquoi la langue de Molière devait-elle être si complexe ?! Elle soupira un bon coup avant de relire l'énoncé du second exercice pour la enième fois. Proposition... Coordonnée ? Subordonnée ? Nyah ! Quelle différence ? Relire son cours à maintes reprises n'y changeait rien : elle ne comprenait pas.

L'enfant reprit son éternel sourire en regardant autour d'elle : ne pas s'énerver. Il y avait bien quelqu'un dans cette salle qui pourrait l'aider ! En réalité, ses prunelles s'attardèrent sur un garçon pas loin devant elle. Il était bien plus âgé qu'elle et semblait s'ennuyer... Nessa hésita un moment en le regardant du coin de l'œil. Sans savoir pourquoi, il lui inspirait confiance. Son air dur n'y changeait rien, il y avait quelque chose, pour sûr. Elle hocha la tête et se leva doucement, serrant son classeur contre elle. Finalement en face de lui, elle sourit de plus belle en le regardant :

"Euhm, excuse-moi... Tu pourrais m'aider pour mes devoirs ?"


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

© Code de Phoenix O'Connell pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


*gaaasp* C'est pour MOI ? 8D :
 


Dernière édition par Nessa Faelivrin le Mar 1 Juil - 15:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Mar 1 Juil - 13:28


❝Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas.❞
feat. Nessa Faelivrin.



Je termine quelques lignes d’exercices et je décide de faire une petite pause, à nouveau. Mais la gamine qui me fixait tout à l’heure a repris son observation, et après quelques secondes elle se lève, prend ses affaires et s’approche de ma table. Au début je décide de l’ignorer, sauf qu’elle est visiblement déterminée à me faire chier, et elle me sourit bêtement tandis que je me résigne à poser mes yeux sombres sur elle. Elle est toute petite et au vu de son visage plus enfantin que tout, nous avons plusieurs années d’écart. Cependant, mon regard accroche le sien pour le moins… Unique. Si mes yeux sont particuliers avec leur bleu océan, le sien est carrément hors normes. Je verrais aisément deux framboises à leur place, ou bien des cœurs comme dans les mangas…

Contre toute attente, voilà qu’elle me demande de l’aide. Et sa voix à quelque chose de familier, qui déclenche en moi un sentiment d’amusement intense, et une sorte d’envie de protection. J’ignore d’où cela peut venir, mais c’est elle qui a réveillé ça en moi. Est-ce que je la connais ? Je réalise que je me pose cette question systématiquement, ces derniers temps, à chaque fois que je rencontre quelqu’un. Et ça m’énerve, parce que je n’ai strictement jamais de réponse à cette foutue question. Alors, en fronçant les sourcils, je la toise de longues secondes tandis qu’elle continue à sourire sans raison apparente. Je tapote la table avec le bout de mon crayon de bois, puis je fixe mes cahiers un instant avec hésitation.

Finalement je referme mon calepin de mathématiques et je relève les yeux vers la gamine. D’un coup de pied brusque sous la table, je pousse une chaise pour la reculer et je la montre du regard à l’enfant.

- Montres.

Pourrait-elle deviner qu’elle est la première personne de mon monde, que je ne rejette pas dès la première seconde? Sans doute pas, non. Mais c’est ce quelque chose, dans son regard et aussi cette autre chose, dans ma tête, qui me poussent à l’aider comme autrefois.



Comme autrefois ? Comment ça, comme autrefois ? Je hausse un sourcil, réalisant que mes pensées vont bien plus vite que mon cerveau, et que visiblement je viens à l’instant de laisser échapper une information capitale de mon passé. Je dois bien avouer que j’ai les boules, pour le coup. J’ai failli avoir quelque chose, et j’ai réussi à faire foirer mon seul espoir. Est-ce que je connais cette gamine ? Bordel ! j’en ai marre de cette puta*n d’amnésie !

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 316
☣ phikas : 1144

Féminin
☣ âge : 19
☣ je loge en : F#04
MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Mar 1 Juil - 15:27





















❝ Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. ❞
Forbidden to remember, terrified to forget; it was a hard line to walk.



Nessa s'assit sur la chaise sans discuter, gardant son petit sourire aux lèvres.

"C'est gentil, j'ai un peu du mal avec le français... Je suis Anglaise, et j'apprends cette langue depuis seulement deux ans, alors..."

Et voilà, elle parlait trop, encore une fois. Le remarquant, la fillette décida de secouer rapidement la tête, comme pour chasser ses pensées et revenir à l'essentiel : ses exercices. Et pourtant... Il lui était tout simplement impossible de se concentrer. La tête toujours baissée vers son classeur, elle continuait de regarder ce jeune homme dans les yeux. Ceux-ci, Nessa n'arrivait pas à s'en séparer. Certes, c'était de beaux yeux bleus, de très beaux yeux bleus même. Mais il y avait autre chose... Quelque chose qu'elle sentait inconsciemment, et qui la perturbait du plus haut point.

Et ça devenait de pire en pire. Un mal de tête la prenait rapidement, comme si un poids enveloppait peu à peu sa boite crânienne. Un flash blanc. Ce n'était pas grand-chose, c'était rapide et ce n'était pas insoutenable, mais c'était si soudain... Un autre flash blanc. Soutenir son regard devenait difficile, et pourtant, cela semblait vital. Comme si tout avait disparu. Encore un flash blanc.

Faelivrin se redressa soudainement sur sa chaise et finit par baisser les yeux vers sa feuille d'exercice. Tout était normal à nouveau, comme si elle venait de se réveiller d'un long cauchemar. Enfin, était-ce vraiment un cauchemar ? Ou juste un rêve ? Non, non, n'importe quoi. La jouvencelle secoua la tête à nouveau, comme si ce mouvement l'aidait d'une manière ou d'une autre. Être fixé de la sorte devait le mettre mal à l'aise...
Un petit soupir, puis elle se remit rapidement à sourire. Reprendre une attitude normale. Relever les yeux vers lui. Sourire de plus belle. Voooilà.

"Au fait, merci Adam !"

Avait-elle vraiment prononcée ce prénom ? Oui, en effet. Et pourtant, cet air innocent confirmait bien qu'elle ne l'avait même pas remarqué. Elle l'avait dit... Comme par réflexe.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

© Code de Phoenix O'Connell pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


*gaaasp* C'est pour MOI ? 8D :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Jeu 3 Juil - 11:36


❝Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas.❞
feat. Nessa Faelivrin.



Elle s’assoit, elle ne cesse de sourire, et elle m’explique son problème. Le français. Elle me dit aussi qu’elle est anglaise, et c’est à ce moment-là que je perçois effectivement un léger accent. Il y a deux ans, quand moi j’ouvrais les yeux pour la première fois, elle apprenait une nouvelle langue. La réflexion m’amuse autant qu’elle me désespère. Et moi ? D’où est-ce que je viens ? Et si ma famille, que je cherche depuis deux ans sans résultat, était simplement dans un autre pays ? Un gamin perdu doit-il toujours se confronter au monde entier pour retrouver ses origines ? Moi oui, en tout cas. Et ça me fait peur, terriblement peur. Et quand bien même j’avais des proches loin d’ici. Ils m’auraient recherché depuis le temps, non ? Non, apparemment pas. Je suis seul.

Elle secoue la tête, tente d’entrer en contact avec sa concentration. Elle échoue, fixe mes yeux avec une intensité déconcertante. J’ai vraiment l’impression qu’il y a quelque chose en trop. Une impression de déjà vu. Elle cligne des yeux une fois, deux fois, comme si quelque chose s’emparait de son esprit l’espace d’un instant. Elle est bizarre cette gosse. Une troisième fois, elle cligne des yeux. Je la regarde avec curiosité, comme si j’avais besoin de savoir ce qui ne va pas pour l’aider à aller mieux. Des conneries, tout ça. Je suis juste un pauvre gosse paumé qui ne sait pas où il est et ce qu’il y fait.

Elle se redresse brusquement, m’arrachant un haussement de sourcil d’incompréhension. Elle baisse les yeux vers sa feuille, je suppose qu’elle est enfin décidée à se mettre au boulot. Étrangement, je ne me sens pas épié lorsqu’elle me regarde. C’est comme si j’en avais l’habitude, comme si c’était quelque chose de logique, venant d’elle. C’est étrange. Elle secoue la tête à nouveau, je continue de la regarder et ses yeux posés sur moi, me manquent. C’est une gamine de quoi ? Quatorze ans ? Peut-être même seulement treize. Et pourtant, il y a bien quelque chose, même si j’ignore complètement ce que ça peut être. Elle soupire, elle me regarde encore, j’aime mieux ça, elle sourit.

Au fait, merci Adam !

Dans un réflexe naturel, je passe la main dans ses cheveux et je les ébouriffe gentiment. Et je souris. Je… Je souris… Mais la seconde d’après, j’ai repris mes esprits, et je la regarde en affichant un air complètement décontenancé. Elle vient de prononcer mon prénom. Non. C’est impossible. Elle a prononcé ces quatre simples lettres. Elle a dit « merci Adam ». Mais petite, nous ne nous sommes pas présentés. Je ne sais plus où me mettre, tout à coup. Elle connait mon nom. Je n’ai pas prononcé ce mot depuis deux ans. Je n’ai révélé mon nom qu’à une personne, et elle est très, très loin d’ici. Cette gamine, près de moi, elle me connait. Pas d’ici, pas de Tradimento non plus. Elle me connait d’avant. Et il faut que je sache d’où, quand et pourquoi. J’affiche un air sévère, parce que la colère de ne pas avoir été cherché alors qu’elle me connaissait, me secoue douloureusement les entrailles.

- Tu me connais. Où as-tu appris mon nom ?

Et l’instant d’après, je doute qu’elle ait vraiment dit mon nom. Elle semble plus naturelle que jamais. Soit elle se fout de ma gueule, soit j’ai rêvé. Et il faut à tout prix qu’elle se foute de ma gueule. Je croise les doigts pour qu’elle se foute de ma gueule. Elle est mon seul espoir. Soit elle me connait, soit je deviens complètement dingue et j’appelle immédiatement l’asile pour qu’ils viennent me chercher au plus vite.

@Eques sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 316
☣ phikas : 1144

Féminin
☣ âge : 19
☣ je loge en : F#04
MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Ven 4 Juil - 7:06





















❝ Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. ❞
Forbidden to remember, terrified to forget; it was a hard line to walk.



En sentant ses cheveux se faire décoiffer fraternellement par cet inconnu, Nessa lui adressa un nouveau sourire, dévoilant toutes ses dents. Cette affection si soudaine, elle ne comprend même pas d'où est-ce qu'elle vient, mais honnêtement, la jeune fille s'en fiche. Pourtant, il ne suffit que d'une poignée de secondes pour que le visage de l'inconnu s'assombrisse.


À sa question, Faelivrin ne peut s'empêcher de hausser un sourcil, perplexe. Son nom ? Elle ne le connaissait pas ! Du moins, c'est ce qu'elle pensait.


"Je... J'ai pas dit ton..."


Cependant, elle s'arrêta net. La jouvencelle se remit à le fixer, comme si elle avait totalement oublié ce qu'elle allait dire. Pire, comme si elle avait tout bonnement oublié le fait qu'elle avait commencé une phrase. L'enfant ne pense plus à rien, elle le regarde, puis elle avance presque imperceptiblement son visage de celui du jeune homme.


Ses yeux s'écarquillent soudainement. Elle venait de sentir comme un choc, qui l'avait frappée en plein cœur. S'était-il arrêté pendant quelques instants ? C'est ce que Nessa ressentait. Elle était incapable de bouger, seule sa lèvre inférieure tremblait. Au bout d'un long moment de silence absolu, elle avança doucement une main vers son visage afin de caresser sa joue du bout des doigts. Ce contact la fit frissonner, elle le connaissait, elle l'avait déjà senti. Et les souvenirs remontaient, doucement, dans le désordre. Parfois, une scène entière se déroulait devant ses yeux, floue mais bien réelle. Le reste du temps, de courts moments s'enchainaient rapidement, comme pour la faire paniquer. La demoiselle voyait tout ça, et pourtant, elle voyait toujours ce garçon, celui avec qui elle était dans tous ces moments gravés dans sa mémoire.


"A... Adam ?" bafouilla-t-elle d'une petite voix tremblante.


Là, c'en était trop. Trop d'un coup, elle ne tenait plus le choc. La fillette se releva brutalement de son siège tandis que son cœur s'affolait et que sa respiration accélérait. Sans un mot, elle se dirigea rapidement vers la porte de la bibliothèque. La pression était tout simplement trop forte.


Callée contre le mur, une main plaquée sur le cœur, Nessa se laissa glisser doucement. Une fois accroupie, seule dans le couloir, elle cacha son visage dans ses genoux et se mit à sangloter. C'en était trop. Juste... Trop.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

© Code de Phoenix O'Connell pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


*gaaasp* C'est pour MOI ? 8D :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Dim 6 Juil - 20:20


 ❝Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas.❞
feat. Nessa Faelivrin.



L’enfant s’apprête à m’assurer que je me suis trompé, que je deviens complètement fou et qu’elle ne me connait pas. Mais elle s’abstient brusquement, et me fixe avec cette même intensité. Je ne sais pas d’où elle vient, ni pourquoi elle semble autant ne pas me reconnaître que prendre notre rencontre comme quelque chose de normal, presque habituel. Ce qu’elle semble ne pas savoir, c’est que c’est la première fois que je la croise dans cette vie. Et là, devant moi, elle ose prononcer mon nom et agir l’instant d’après comme si elle ne voyait absolument pas de quoi je parle. Je ressens deux choses, à ce moment-là. D’abord de l’a colère, et l’envie de lui coller une droite pour prendre plaisir à me torturer. Et puis, bien plus puissant encore, un sentiment de compassion et de joie, de la voir là. Comme si elle m’avait manqué, comme si je retrouvais une amie depuis longtemps perdue de vue. Serait-elle l’enfant de mon passé ? Non. Elle n’a pas la même voix. Mais elle me connait, j’en suis persuadé.

Son regard change brutalement, je la vois s’immobiliser sans raison apparente, et elle tremble doucement, comme si elle s’apprêtait à pleurer. Quoi ? Parce que je lui ai demandé d’où elle me connaissait ? Ce n’est pas moi, qui devrais pleurer ? Elle, elle a toute son enfance derrière elle, à ce que je sache. Pourquoi réagir ainsi à une si simple question ? Pourquoi ne pas me répondre simplement ? Et si elle avait envie de parler, mais que quelque chose l’en empêchait ? Et si elle me connaissait, mais que quelqu’un, ailleurs, ne la laisse pas me révéler qui je suis ? Je la fixe depuis de très longues secondes, et je me reprends. Comme si mon existence était aussi importante que celle d’un héros de série télévisée. Non, personne ne me connait dehors, et personne ne veille sur moi ni ne me cherche. Cette gamine, elle sait qui je suis, mais je ne suis pas certain qu’elle ait de bons souvenirs avec moi. Elle semble choquée par la nouvelle autant que moi.

Et finalement, sa main s’élève entre nous, et ses tout petits doigts viennent se poser délicatement contre ma joue. Etrangement, je la laisse faire. Comme si c’était normal, comme si j’avais l’habitude de sa présence et de son contact, je la regarde et je ne bouge pas. Elle semble trembler de tout son corps, mais son regard est ailleurs. Que lui arrive-t-il, bon sang !? Ma bouche s’entre-ouvre lorsqu’elle prononce mon nom encore une fois. Elle est hésitante, mais elle ne fait pas d’erreur, et je crois bien qu’elle prend seulement conscience des faits : nous nous sommes connus un jour. Peu m’importe comment, peu m’importe pourquoi. Elle est là, devant moi, et elle fait partie de mon passé. Elle est tout ce qui me reste. Je m’apprête à prendre sa main pour la serrer dans la mienne dans une étreinte rassurante, comme j’ai l’impression d’en avoir l’habitude, mais elle se lève brutalement. Sa chaise tombe à la renverse, j’entends vaguement les réprimandes de la bibliothécaire à l’air sévère, et l’enfant prend la fuite.

Je la regarde s’en aller et je reste interdit, fixé à ma chaise, comme si la stupeur m’immobilisait dans un étau puissant. Je me sens mal, tout à coup. Qui aurait cru qu’une simple heure de trou deviendrait si mentalement éreintante ? Qui aurais-je cru si on m’avait annoncé qu’ici, dans un pensionnat des plus banals, je retrouverais une trace de mon passé ? Qui ne deviendrait pas dingue face à des révélations si maigres et en même temps à ce point capitales ? Sans plus réfléchir, je me lève en faisant gratter les pieds de ma chaise sur le parquet de la bibliothèque. La gardienne des lieux semble perdre son calme mais je l’ignore, j’ai déjà bien d’autres choses à penser. Je me précipite à l’extérieur comme une furie et je tourne ma tête à gauche et à droite en espérant apercevoir la petite fille avant qu’elle ne disparaisse à un virage.

Et puis je la vois, recroquevillée sur elle-même contre le mur, à côté de moi. Je fais un pas hésitant pour quitter définitivement le calme de la bibliothèque, et je m’avance vers elle lentement. Je m’agenouille à son côté, je perçois ses pleurs délicats et mon regard se charge de regrets. J’hésite longtemps, une main suspendue au-dessus de son genou, puis je pose mes longs doigts sur son avant-bras minuscule. Je regarde le haut de sa tête, son visage étant caché dans le creux de ses genoux. Elle tout aussi perdue que moi, et je me sens terriblement inquiet pour elle. Bizarrement, une mélodie me vient en tête malgré moi. Je me reprends, me réprimandant mentalement parce que ce n’est ni le lieu ni le moment d’avoir l’inspiration pour un morceau de guitare.

- Je suis désolé si je t’ai fait peur. Je… J’ai perdu mon passé…

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 316
☣ phikas : 1144

Féminin
☣ âge : 19
☣ je loge en : F#04
MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Lun 7 Juil - 18:06





















❝ Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. ❞
Forbidden to remember, terrified to forget; it was a hard line to walk.



La jeune fille ne put s'empêcher de sursauter en sentant son contact sur son bras et en entendant le son de sa voix grave, qui semblait faire écho. Elle leva doucement la tête vers lui pour dévoiler ses joues trempées de larmes, le regardant dans le fond des yeux depuis les siens rougis par ses pleurs. Tout était revenu, tous ses souvenirs, ce n'était qu'une perte de mémoire, et Nessa avait terriblement honte de l'avoir oublié. Mais elle se souvint aussi du départ douloureux d'Adam dont elle ne connaissait pas la cause, et en une fraction de secondes plus tard, elle lui sauta au cou.

Une main sur le dos du jeune homme, serrant son haut entre son poing, et l'autre dans ses cheveux corbeau. Une position qui évoquait une sorte de protection envers lui, comme si l'enfant ne voulait plus jamais le voir partir, comme si elle ne voulait plus jamais qu'on la lui retire. Plus jamais.


"Adam... Pourquoi tu m'as laissé toute seule ?" réussit-elle à placer entre deux sanglots, le visage dans le creux de son cou.


Mais Faelivrin finit par relever la tête vers lui, celle-ci arrivant à sa hauteur. Et ses traits se durcirent, elle le regardait désormais d'un regard noir. Pas de haine, non, mais plutôt de rage.


"P... Pourquoi tu... Why did you..."


Ses idées n'étaient désormais plus claires, les sentiments fusaient sans qu'elle puisse les contrôler.


"Pourquoi tu m'as laissé toute seule ?! T'avais promis de jamais m'abandonner ! Et tu sais pas ce que j'ai tenté pour te revoir, tu sais pas ! J'ai perdu tellement de choses, tellement de choses, et toi, tu n'étais même pas là ! J'avais personne de qualifier pour m'aider à part toi, et j'avais besoin de toi ! Et j'ai toujours besoin de toi aujourd'hui !"


La pauvre demoiselle baissa la tête et ferma les yeux, les sourcils toujours froncés. Tout ça, elle venait de s'en souvenir, ses paroles retraçaient toutes ses pensées.


"Tu sais pas le nombre de fois... Où j'ai pris ma guitare, où je suis allée sur le toit pour jouer notre chanson, et je comptais le moment où tu devais m'accompagner, en attendant un miracle... Et c'est plus jamais arrivé... J'ai perdu tellement que j'ai tout oublié ! Et maintenant, tu es là, et moi, je n'ai fait que te chercher... Je croyais que tu étais... Que tu étais..."


Une fois de plus, c'en était bien trop pour elle. Les sanglots refirent rapidement surface, plus forts, plus violents. Et la jouvencelle se blottit contre lui, parce qu'il était tout. Tout ce qu'il lui restait, tout ce qu'elle avait cherché, tout ce qu'elle voulait. Et il était là, réellement, juste en face d'elle, mais elle avait eu peur pendant un moment. Si elle était devenue folle ? Si ces souvenirs n'en étaient pas ? Si elle voulait juste combler un vide en s'inventant toutes ces scènes ?


Mais désormais, Nessa en était persuadé : cet Adam était bien celui qu'elle cherchait, et il était bien réel.


"Adam... Dis-moi que tu te souviens... C'est moi... Nessa..." murmura-t-elle en levant les yeux vers lui, le visage toujours enfoui contre son torse désormais humide de larmes.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

© Code de Phoenix O'Connell pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


*gaaasp* C'est pour MOI ? 8D :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Mer 9 Juil - 12:30


❝Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas.❞
feat. Nessa Faelivrin.



L’enfant semble réfléchir, comme si elle était à la recherche de quelque chose qu’elle avait perdu. Moi, tout ce que je désire, c’est la rassurer. Comme si dans cette vie, je pouvais être capable de m’inquiéter pour quelqu’un d’autre que ma propre personne… Je garde la main sur son avant-bras, mais en un instant elle se libère, se lève et bondit sur moi pour m’étreindre de sa force infantile. Je ne la repousse pas, contrairement à ce que je devrais faire. Naturellement, mes bras viennent s’enrouler autour de son petit corps et je la sers contre moi. Elle semble prendre possession de mon corps comme si il lui avait toujours appartenu, et notre échange affectif ne m’est ni désagréable, ni nouveau. J’ignore pourquoi, mais j’aime la sentir contre moi.

Elle pleure toujours, mais elle parvient à lâcher une phrase, cachée dans mon cou. Je l’ai abandonnée, chose que je ne savais pas mais dont j’aurais pu aisément me douter. Elle reste silencieuse une seconde de plus, puis sa tête se redresse et elle me regarde fixement de son regard fruité. Elle semble en colère, tout à coup. Parce que je l’ai laissée seule ? Ce peut-il qu’il existe dans ce monde des gens qui m’en veulent d’avoir disparu ? Est-il imaginable que j’aie manqué à quelqu’un durant les deux dernières années et peut-être plus encore ? Quand exactement, ai-je disparu de la vie de cette enfant ?

Elle se met à mélanger l’anglais et la langue locale, mais je comprends les deux alors ça ne me choque pas plus que ça. Cependant elle semble chercher ses mots, comme si tout se bousculait dans sa tête. Et je ne sais même pas comment l’aider, parce que moi-même je n’ai rien à dire qui pourrait la calmer ou la rassurer. Mais ça y est, elle connait son texte. Comme si elle avait répété la scène des centaines de fois, elle extériorise tous les reproches qu’elle a à me faire depuis mon départ. J’apprends tandis qu’elle me réprimande, que j’aurais dû être là pour elle et que je ne l’ai pas été. Mais plus important encore, elle m’avoue qu’aujourd’hui encore, elle a besoin de moi. Si je comprends bien, je lui manque toujours autant.

Dans cette mine fâchée, elle baisse finalement la tête et ferme les yeux comme pour réfléchir encore. Elle n’en a pas assez dit à son goût, il lui manque toujours quelque chose de capital. Elle me parle de guitare, d’un duo que nous aurions dû jouer. Et c’est là que je comprends. La petite fille pour qui mon corps tremble imperceptiblement depuis de nombreuses minutes, l’enfant que j’ai tenu dans mes bras, se trompe visiblement de garçon. Elle semble avoir perdu un Adam, mais ce n’est certainement pas moi, parce que je ne joue pas de guitare. Je ne fais pas de musique, je suis loin d’être un musicien. Moi, je ne sais me servir que de mes poings, et ce n’est pas avec eux que je pourrais un jour gratter les cordes d’une guitare.

Mais elle semble réellement persuadée, et son regard est d’une telle franchise que je ne peux que croire à tous espoirs. Elle me connait, il ne peut en être autrement. Alors si elle dit que dans une autre vie j’ai été un guitariste, c’est probablement que je l’étais. Comment lui dire, désormais, que je ne suis plus rien d’autre qu’un pauvre type violent qui ne parvient à se satisfaire qu’en tabassant des gens ? Comment pourrait-elle réagir si je lui disais, maintenant, que j’ai trop changé et qu’elle doit m’oublier pour continuer d’avancer sans moi ? Je ne m’en sens pas la force, même si je sais que pour elle ce serait la meilleure chose à faire. Et je crois que ce serait beaucoup trop qu’elle ne puisse supporter.

Elle se calle contre moi, nos corps s’assemblant dans une étreinte parfaite, comme s’ils avaient toujours été faits pour s’emboiter l’un dans l’autre. Et sa présence, son contact me rassure et m’apaise. Elle pleure davantage, mais ses idées sont plus claires, je le sens. Elle me connait, elle me veut, et tout ce qu’elle souhaite c’est ne plus jamais me perdre. Je passe mon bras droit autour de ses épaules et je la serre contre moi, enfouissant mon visage au plus près de son cou. Je respire calmement, comme si je me sentais plus serein que jamais malgré mon amnésie. Et puis, elle me supplie presque, de ne pas l’avoir oubliée. Elle me dit son nom, qui me parait d’une évidence absolue, comme si il ne pouvait en être autrement, comme si je l’avais toujours su.

Je baisse les yeux sur elle, elle me regarde avec une intensité qui me brise le cœur. Je ne me souviens pas. Je vois son regard framboise me fixer. J’entends son rire cristallin, je perçois sa démarche enfantine lorsqu’elle court vers moi, et je ressens ce bonheur intense de la revoir. Mais je ne me souviens de rien, et ma mémoire ne semble pas convaincue de notre lien. Je ne me souviens de rien, et j’ignore comment le lui annoncer. Pour la première fois depuis deux ans, je souris. J’ignorais que j’en étais capable. Je ne comprenais pas ce que ce geste apportait aux gens. Maintenant je comprends, parce que j’aime profondément cette enfant, et je ne veux plus la savoir loin de moi.

- Je me souviens.

Ce n’est ni tout à fait vrai, ni tout à fait faux. Il me manque encore beaucoup d’informations, mais je sais que je la connais, je sais que nous étions, que nous sommes proches, et je sais que désormais, plus jamais je ne l’abandonnerais. Elle a fait partie de ma vie, je ne la laisserais pas en sortir à nouveau. Quelle que soit la raison de ma disparition, il est hors de question que nous soyons séparés à nouveau. Je la serre davantage contre moi, puis j'embrasse le haut de sa tête avec une douceur infinie. Elle est tout ce que j'ai.

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 316
☣ phikas : 1144

Féminin
☣ âge : 19
☣ je loge en : F#04
MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Jeu 10 Juil - 3:04





















❝ Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. ❞
Forbidden to remember, terrified to forget; it was a hard line to walk.



Y'a eu un bug mdrma trololol je déteste ma vie. c:


© Code de Phoenix O'Connell pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


*gaaasp* C'est pour MOI ? 8D :
 


Dernière édition par Nessa Faelivrin le Dim 20 Juil - 21:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Ven 11 Juil - 21:21


 ❝Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas.❞
feat. Nessa Faelivrin.



Ca y est, elle sourit. Je ne pourrais me sentir plus heureux qu’en cet instant. Comment un humain peut-il avoir autant d’importance aux yeux d’un autre ? Comment un lien pourtant si maigre, peut-il devenir si intense, si nécessaire, si irremplaçable ? Lentement, je sens son cœur ralentir tout contre moi, et je suis rassuré de constater qu’elle se calme enfin. Il a fallu de quelques mots, de quelques caresses pour qu’elle aille mieux, et je me sens comblé malgré le néant qui brûle en moi.

Elle commence à m’expliquer ce qu’elle a subit, elle. Si je comprends tout, elle a aussi perdu la mémoire, mais seulement partiellement. Quelle chance elle a… Si je pouvais n’avoir que partiellement perdu la mémoire, j’en serais vraiment reconnaissant celui contre qui je me suis battu cette fois-là. Mais Nessa n’en a pas fini de me torturer sans le savoir. Voilà qu’elle me demande des explications sur ma propre disparition.

Je ne sais que dire, et je plonge dans un silence absolu tandis qu’elle m’explique que j’ai disparu il y a déjà trois ans. Trois ans… Je me suis réveillé le 17 Mars 2011. Qu’a-t-il pu se passer avant ça, pendant ces longs mois d’hiver ? Suis-je resté dans le coma ? Ai-je été blessé pendant ces soit disant « vacances en famille » ? Je me pose la question, le regard dans le vague, puis sa voix me rappelle à la réalité.

Je me laisse tomber contre le mur, puis je pose mes yeux argentés sur l’enfant à mes côtés. Si seulement je savais… Je cherche dans son regard, des réponses à mes questions. Rien ne vient, c’est comme si un voile épais m’empêchait d’aller au-delà de ce que je connais déjà. Je soupire, rien ne vaut les souvenirs perdus. Pas même des retrouvailles aussi intenses que les nôtres. Je me passe la main dans les cheveux, exaspéré par ma propre ignorance. Puis je la fixe, avide d’en apprendre davantage.

- J’ai une famille ? Combien sont-ils ? Est-ce que tu as gardé contact avec eux ? Ils vont bien ?

Je me donne l’impression d’un enfant qui demande des nouvelles de son hamster à ses parents, lors d’une colonie de vacances. Mais n’est-ce pas ce que je suis, en réalité ? Un enfant éloigné de sa famille, qui aimerait avoir des nouvelles des êtres qui lui sont chers ? Probablement un peu, si. Sauf qu’un enfant en camp de vacances, se souvient de sa famille. Moi, je ne la connais même pas. Je suis pitoyable.

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 316
☣ phikas : 1144

Féminin
☣ âge : 19
☣ je loge en : F#04
MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Sam 12 Juil - 21:40





















❝ Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. ❞
Forbidden to remember, terrified to forget; it was a hard line to walk.



La jouvencelle ne put s'empêcher de mêler ses doigts fins à ceux d'Adam après que celui-ci ait fini de lui poser des questions. Sa famille... Sa famille, elle ne la connaissait absolument pas. Mais ce regard presque désespéré que le jeune homme lui lançait lui provoqua un petit pincement au cœur.

"Tu ne te souviens vraiment pas, hein... ?"

Mais, à ce moment-là, Nessa leva un peu la tête. Vraiment pas, non. Et comment pouvait-il se souvenir d'elle sans même connaitre sa famille ? La jeune fille sourit tristement tandis que la lueur de ses yeux s'éteint pour laisser place à un regard vide. Il avait menti, il ne se souvenait pas. Tous les moments passés ensemble, pour lui, ils n'existaient plus.

"Non, bien sûr que non, tu ne te souviens pas. Ni d'eux, ni de moi. Bien sûr."

Faelivrin poussa un long soupir en détournant le regard. Juste pour tenter d'extérioriser un peu et de rester calme. Pour elle, plus question de se lamenter sur son sort, Adam était dans une situation bien pire. Et Nessa était avant tout une enfant d'une force incroyable.

C'est alors qu'elle replongea directement dans ses yeux. En le fixant, elle parvenait à faire remonter ses souvenirs plus clairement. L'Anglaise se pencha même un peu sur lui et finit par poser ses deux mains sur les joues du garçon.

"Adam... D... Non... B. Adam... Bay..."

Nessa secoua la tête, mettant toutes ses forces à rassembler ses souvenirs autour de son passé. Elle força pour fermer les yeux et serra les dents. Se souvenir de son nom allait sûrement l'aider à avancer.

"Adam... Baylin ! Oui, c'est ça... Attends..." finit-elle par lâcher en souriant un peu. Actuellement, la jeune fille se sentait mal, terriblement mal. Mais elle devait tout faire pour l'aider, quitte à souffrir. "La seule personne de ta famille que je connais à peu près, c'est ta sœur, parce que tu m'en parlais souvent. Elle s'appelle..."

Cette fois-ci, une larme coula sur sa joue, remuer tout ça était en train de lui déchirer le cœur. Mais elle devait le faire, pour lui, pour Adam. Elle fit glisser ses mains jusqu'à ce qu'elles soit jointes entre elles tandis que d'autres larmes lui montait.

"Emeline. Non... Evelyn. Son nom est Evelyn. C'est tout ce que je sais, désolée."

Finalement, Nessa se remit à le regarder d'un air abattu, vidé de toute émotion, alors qu'elle continuait de pleurer silencieusement. Elle était vraiment à bout, désormais.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

© Code de Phoenix O'Connell pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


*gaaasp* C'est pour MOI ? 8D :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Mar 15 Juil - 23:48


❝Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas.❞
feat. Nessa Faelivrin.



Elle a compris. Ses yeux s'emplissent d'une tristesse infinie et je m'en veux d'avoir menti. Mais je me souviens de son rire autrefois. Je me souviens de son sourire, et de toutes les sensations que j'éprouvais lorsque je la voyais ou lorsque je savais que j'allais la voir. Je me rappelle des émotions même si les images restent obstinément dans le néant. C'en suit une scène que je ne vois plus que partiellement.

Ses yeux dans les miens. Mon nom sur ses lèvres. Ses mains sur mes joues. Elle dit mon nom comme une clé qui lui permettrait d’aller dans une autre dimension, un autre monde où elle trouverait pour moi les réponses aux questions que je ne sais poser. Elle semble se concentrer, et souffrir aussi. Je m’apprête à lui dire de cesser, à l’y obliger par la force s’il faut. Mais je n’ai pas le temps.

- … Evelyn…

Je n’ai pas le temps. Je n’entends ni les paroles que précèdent, ni les mots qui suivent. Son visage. Ses yeux framboise. Sa souffrance qui semble mienne. Un flash douloureux. Une odeur de cigarette, le son des klaxons dans la rue, la voix d'un garçon. Je le connais. C'est lui qui fume. Le mois d'août. Bientôt, je repartirai à l'internat. Je ne peux pas rester là, je n'ai pas le droit.

- Adam! Maman a dit que tu dois rentrer!

Je lâche un grognement rauque, je tourne la tête vers son visage enfantin qui se penche à la fenêtre, deux étages plus haut. J'attrape la clope entre les lèvres du gars, et j'avale une taffe que je recrache vers la gosse.

- Te penche pas à la fenêtre.

Elle rentre en tirant une moue désapprobatrice, je contemple sa longue chevelure brune qui s'éloigne dans l'appartement. Le gars lâche un rire bref, moqueur. Je tourne vivement la tête dans sa direction et le toise, avant de lui balancer sa clope à la gueule d'une simple pichenette. Il l'esquive de justesse dans une grimace apeurée, elle atterrit par terre et je l'écrase en rasant de peu les doigts du gars.

Elle a dix ans. J’en ai douze.

***** ***** *****

Un sentiment de colère. Mon poing qui s’écrase sur une face déjà ensanglantée. Le visage d’Evy complètement déformé par la peur et la douleur. Des ecchymoses sur ses bras, autour de ses yeux. Une entaille sur sa lèvre inférieure. La fureur qui s’empare de moi. Mes poings qui se joignent l’un à l’autre dans un combo sans merci contre mon ennemi. Sa voix qui piaille, qui supplie, qui pleure. Des bras qui m’empoignent. Les sanglots de ma sœur qui résonnent dans ma boîte crânienne. Le calme qui revient peu à peu en moi. Je me redresse, on me relâche. Je la prends dans mes bras et nous partons.

Elle a quatorze ans. J’en ai seize.


En quelques fractions de secondes, des centaines de flash assaillent mon esprit déjà torturé. Des images, des sons, des odeurs. Un nom, et une torture sans précédent. Qui aurait pu croire qu’un prénom pouvait signifier autant de souffrance ? Je cligne difficilement des paupières, lentement, comme pour me ressaisir. Nessa est près de moi, elle pleure en silence. Et… Je me souviens.

Brusquement, je la prends dans mes bras. Je passe ma main dans ses cheveux et j’enfouie mon visage dans son cou. J’inspire profondément, tant pour me remettre de la douleur qui me tiraille, que pour la consoler elle. Je me souviens de la petite fille qui pleurait au creux de mes bras. Je n’avais que deux ans de plus qu’elle, mais je savais me montrer fort pour qu’elle ait confiance en moi. Je réalise que nos parents sont morts. Je le sais, parce que dans mes premiers souvenirs, Evy pleurait leur départ. Evy. Oh mon Dieu, Evy…

Doucement, je reprends mes esprits. J’entends la mélodie, les notes jouées sur une guitare acoustique. Je me souviens de l’arrivée en trompe de Nessa, parce que je l’aidais à travailler en dehors de nos cours de musique. J’ai fait de la musique. Je me rappelle de ça. J’ai fait de la musique, et j’ai une petite sœur. Et, je suis orphelin, aussi. Tout est flou, mais tous ces souvenirs sont non seulement des traces de ma mémoire, mais aussi la preuve que j’ai existé, que j’ai compté dans ce monde avant de mourir mentalement. Et aujourd’hui, grâce à Nessa, je vais renaître.

Je prends son visage entre mes mains, délicatement. J’embrasse son front et j’y dépose un doux baiser, comme si elle était trop fragile pour supporter le poids de mes lèvres. Je lui souris, sincèrement, comme si ce geste m’était naturel.

- Nessa… Je me souviens de ma guitare, et de tes retards, et de nos duos. Je me souviens de ma sœur. Je me rappelle que je vous aime, plus que tout au monde…

J’aimerais en dire davantage. J’aimerais lui montrer, lui hurler ma reconnaissance. Lui raconter en contes et en chants tout ce dont je me souviens. Mais les mots ne seraient pas assez forts. Les phrases pas assez longues, les textes pas assez puissants pour décrire ce que je ressens. J’ai une amie. J’ai une sœur. Aujourd’hui, j’ai une vie.

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
avatar

☣ textos envoyés : 316
☣ phikas : 1144

Féminin
☣ âge : 19
☣ je loge en : F#04
MessageSujet: Re: Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. Dim 20 Juil - 21:24





















❝ Quoi? Tu veux un coup d'main? J'te connais même pas. ❞
Forbidden to remember, terrified to forget; it was a hard line to walk.



Une autre étreinte, un autre baiser, mais Nessa ne réagit pas. Peut-être qu'elle est trop choquée, ou peut-être trop triste.
Mais il dit se souvenir, encore. Sauf que cette fois, c'est la vérité, et elle le sait. C'est pourquoi sans attendre une seconde de plus, la jeune fille lève doucement la tête vers son ami et lui adresse un grand sourire béat tandis que ses yeux s'illuminent à nouveau.

Pourtant, quelque chose l'interpelle : ses souvenirs à propos de la guitare. Tout cela a l'air très flou, mais très clair à la fois. Soudain, une idée.

Faelivrin se lève brusquement, toujours aussi souriante, et finit par s'adresser à Adam :

"Bouge surtout pas, hein ! Je reviens !"

Et sans même lui laisser le temps de répondre quoi que ce soit, la voilà partie en courant dans les couloirs. Elle se sent tellement bien, comme libérée d'un poids énorme, puis se dirige vers sa chambre pour attraper rapidement sa fidèle guitare. Maintenant, direction la salle de musique, pour en prendre une autre neuve accrochée au mur. Avait-elle le droit ? Sûrement pas. Qu'importe.

Reprenant le chemin du retour comme une fusée, l'enfant commençait à avoir un petit doute. Et si ça ne fonctionnait pas ? Si Adam ne se souvenait absolument plus comment jouer ? Enfin, de toute façon, elle était désormais en face de lui : ce n'était pas le moment de tout abandonner.

Nessa lui passa la belle Martin en bois puis lui attrapa la main pour l'emmener un peu plus loin, dans un coin du couloir qui donnait vers l'extérieur, où personne ne devrait les déranger. Elle s'assit rapidement en tailleur et vérifia que les deux guitares étaient bien accordées, puis repassa l'une d'entre elles au brun.

Un trac, une peur inexplicable. L'estomac de la jouvencelle était totalement noué alors qu'elle plaçait ses doigts sur l'instrument comme Adam lui avait appris. Ce morceau, il est encore frais dans sa mémoire, bien qu'elle ne l'ai plus joué depuis deux ans. Qu'en sera-t-il de lui ? Les souvenirs liés à la mélodie refirent surface, tous ces soirs où elle avait répété le début du morceau, encore et encore, dans l'espoir qu'un miracle se produise et qu'Adam soit là pour la suivre.
Légèrement tremblante, elle lui sourit faiblement en caressant sa guitare.

"J'aimerais... J'aimerais juste voir si tu te souviens de ça. Si c'est le cas, suis-moi."

Sans qu'elle n'ai besoin de réfléchir, elle entama le morceau, frissonnant à l'entente des premières notes. Ces mouvements, elle les avait répétés tellement de fois, inlassablement... Une fois arrivée au moment ou le duo était censé commencer, Nessa leva un regard plein d'espoir vers le jeune homme et murmura, comme elle le faisait avant :

"One, two, three, four..."